SNUDI-FO 29

21 janvier 2021

Constellations: la réponse de l'administration

R_ponse_syndicats_Sud_et_Snudi_Fo_Formations_Constellation

 

Circulez y a rien à voir!

La pétition du SNUDI FO 29 que nous vous invitons à signer massivement nous servira de base pour l'audience que nous allons demander à la DASEN sur ce sujet.

Posté par celchop à 20:40 - Permalien [#]
Tags :

18 janvier 2021

Déclaration au CTA

declaration_CTA_19_01_FNEC_FP__version_finale

 

Déclaration de la FNEC-FP Force Ouvrière Académie de Rennes

CTA du 19 janvier 2021

Monsieur le recteur,

Depuis bientôt un an, la pandémie du Covid-19 bouleverse la vie des Français et perturbe gravement le fonctionnement de l'Education Nationale. 

Depuis des mois, Force Ouvrière dénonce la gestion calamiteuse de la crise sanitaire par le Ministre Blanquer qui a systématiquement privilégié les mesures à moindre coût, n'hésitant pas à mettre en danger la santé des personnels et des élèves, à dégrader les conditions de travail des personnels, à sacrifier la scolarité de millions de lycéens lorsqu'il ne s'inquiète pas des réalités de terrain : déficit flagrant de postes de professeurs, d'AED, d'AESH et d'agents territoriaux.

Avec le cynisme qu'on lui connaît, Blanquer utilise maintenant cette pandémie pour déréglementer tout ce qui reste de national dans l'Education : enseignement hybride, liquidation du Baccalauréat par la généralisation du contrôle continu, transfert aux collectivités territoriales de la médecine scolaire, modifications statutaires à venir...

Le ministre entend continuer sa politique aveugle la déléguant facilement à nombre aux personnels de direction qui endossent la responsabilité d'organiser au mieux des directives contradictoires sur le plan sanitaire.

Le sort réservé à nos collègues professeurs d'EPS est, à ce titre, révélateur : voilà qu'on les contraint à faire cours dehors, si les conditions météo le permettent ; autrement dit, en cette saison hivernale, ils ne peuvent quasiment plus enseigner leur discipline... Cela parce que les moyens nécessaires pour dédoubler les classes n'ont pas été investis. Et déjà des chefs d'établissement leur demandent de réaliser des missions de conseil à l'orientation, pour pallier la disparition des CO-PSY. Nos collègues d'EPS n'ont pas plus que d'autres le devoir de compenser les manquements et les moyens. Il n'y a pas de petit profit.

La dégradation des statuts des personnels sera bientôt l'affaire de tous : la mascarade du Grenelle de l'Education, auquel Force Ouvrière a refusé de participer, se révèle bien être une vaste opération d'enfumage des personnels ; mais ceux-ci ne sont pas dupes : ils ont bien compris que la revalorisation des salaires de quelques uns, les primes accordées à certains, se feraient au détriment des statuts et des conditions de travail de tous. 

L'évaluation des établissements est un nouvel exemple de la déréglementation en marche. Monsieur le Recteur, FO est résolument opposée à l’évaluation des établissements,  qui mène encore un peu plus loin l'autonomie des établissements jusqu'à les faire sortir de l'Education Nationale pour les faire basculer aux collectivités ; Les agents de l'Education nationale sont des personnels fonctionnaires de la République à égalité de droit et de protection ; c'est d'ailleurs ce qui menace aujourd'hui la médecine scolaire et le médico-social. Ce processus a été engagé par certains  il y a plus de 30 ans au motif fallacieux de la prise en compte de pseudo spécificités locales pour permettre aux équipes de "participer" aux choix de l'établissement.

A FO, nous restons les défenseurs des droits des personnels, nous ne demandons pas à "co-gérer" les établissements, ce qui  reviendrait au final à se faire les supplétifs des décideurs politiques et donc à renoncer de défendre les droits nationaux des personnels. Déréglementation toujours quand le Ministre Blanquer profite de la crise sanitaire pour liquider le Baccalauréat ; FO condamne fermement et demande le retrait de l'ordonnance du 24 décembre 2020 qui prévoit l'adaptation des épreuves du BAC.  Cela ramène la valeur du baccalauréat à celle d’une simple évaluation locale parfaitement inégalitaire. Avec Parcoursup et la sélection à l’entrée de l’université, le Bac Blanquer est un redoutable instrument de tri social. FO réaffirme son attachement aux épreuves terminales, nationales, ponctuelles et anonymes, seules garanties de la valeur nationale du diplôme et de l’égalité des candidats face à l’examen. Elle demande leur rétablissement dès cette année et l'abandon du contrôle continu comme elle demande l’abandon de Parcoursup. Nous vous alertons, Monsieur le Recteur, sur la situation des lycéens dans  l’académie. Nous avons été informés par des enseignants de plusieurs gestes inquiétants de la part d’élèves : plusieurs tentatives de suicide ont eu lieu au lycée Descartes à Rennes, idem au lycée Bertrand d’Argentré à Vitré, et peut-être encore ailleurs ? Devant la souffrance des lycéens, des cellules d’écoute ont été mises en place dans d’autres établissements (lycée Brito à Bain de Bretagne, lycée de Cesson Sévigné). Très vite, ces cellules d’écoute destinées aux jeunes ont été débordées par le nombre des demandeurs. Nous sommes très inquiets de cette situation, qui est une conséquence directe de  la réforme du lycée Blanquer : l’évaluation permanente des élèves est anxiogène pour les jeunes, sous pression continuelle. Elle impacte également la relation professeur-élève, qui devient une relation purement consumériste – des élèves ou des parents prenant rendez-vous avec les enseignants pour obtenir des points supplémentaires à chaque devoir. L’ordonnance du 24 décembre 2020 va aggraver cette situation : les élèves pourront être informés deux semaines seulement avant les épreuves de leurs modalités, contenus, organisations, coefficients. Les lycéens devront donc naviguer à vue sans pouvoir se projeter, ni s’organiser en vue de l’obtention de leur diplôme, qui devient un vulgaire examen sans aucune valeur nationale. C’est pourquoi à Force ouvrière, plus que jamais, nous continuons de demander l’abrogation de cette réforme qui détruit les diplômes, dégrade les enseignements et conduit les élèves à des situations extrêmes.Alors que la gestion de crise sanitaire imposerait des recrutements massifs de personnels sous statut, le Ministre continue de supprimer des postes. La même politique d'économie de moyens est appliquée dans l'ensemble des services publics. Il y a besoin de lits de réanimation en nombre mais le gouvernement en supprime.  Il y a besoin de classes et de postes statutaires en nombre, mais le gouvernement les ferme ! Dans le Premier degré, depuis la rentrée 2020, la FNEC FP-FO exige le recrutement massif et immédiat d’enseignants pour pallier le retard pris par un grand nombre d’enfants durant l’année scolaire 2019-2020 du fait du confinement et du retour en mai-juin par demi-groupe classe. Ce recrutement est également indispensable afin de permettre aux personnels d’enseigner dans des conditions sanitaires acceptables pour tous, élèves, enseignants, AESH. Le recrutement de collègues est une évidence qui a été imposée en Italie dès la rentrée 2020 et a abouti au recrutement de 48 000 personnels. C’est pourquoi la dotation nulle en poste pour le premier degré dans l’académie de Rennes est catastrophique. La FNEC FP-FO n’accepte pas l’absence de réelles mesures, comme si la pandémie ne concernait pas les écoles. Le projet de retirer 23 postes de PE au Finistère et 5 postes aux Côtes-d’Armor constitue une véritable provocation. Il faut au contraire de nombreuses ouvertures dans chacun des départements de l’académie ! Dans le Second degré, notre académie va perdre 80 ETP statutaires. Vous dites, Monsieur le Recteur, qu'ils seront compensés par un apport de 80 ETP sur les heures supplémentaires année et concluez le document préparatoire en affirmant qu’il y « maintien global des moyens d’enseignement ». Mais dans cette opération l’académie de Rennes perd bel et bien 80 postes d’enseignants et ce n'est pas acceptable !

Chez les personnels administratifs, pas de création de postes à la rentrée 2021 mais simplement un jeu de vases communicants qui déshabille une académie  au profit d’une autre. Avec un régime  indemnitaire, le RIFSEEP, le plus faible de la fonction publique, et un point d’indice qui n’a pas été revalorisé, nos collègues comme les autres fonctionnaires ont perdu 20% de leur pouvoir d’achat, sans oublier  la prime COVID  qui n’a été versée qu’à une infime partie des personnels alors que le 1er confinement a eu un impact sur tous les personnels. Dans notre académie, le remplacement d’un collègue adminisratif en arrêt de maladie d’un mois est conditionné par un délais de carence 15 jours . On ne remplace plus les collègues absents  ce qui donne du travail supplémentaires aux autres.

La situation des AED est aussi très inquiétante. La mise en oeuvre du protocole sanitaire a considérablement accru leur charge de travail. Plusieurs établissements ont besoin de manière urgente de postes supplémentaires pour fonctionner dans des conditions de travail acceptables pour les personnels. Le recrutement d'AED sur des contrats pérennes devient nécessaire et urgent !

Les AESH connaissent eux aussi une situation particulièrement difficile : des contrats modifiés régulièrement sans que les personnels n‘aient voix au chapitre, idem pour les emplois du temps et les nouvelles notifications d‘élèves à besoins particuliers. Les AESH débutent l‘année avec deux élèves, puis 3, 4, sur un seul ou plusieurs établissements, parfois à 15 km l‘un de l‘autre, avec obligation de se rendre dans les deux écoles dans la même journée. Les PIALs tournent à plein régime et mutualisent les personnels sans avoir cure des contraintes personnelles des AESH (emplois du temps, conditions de santé, situations psychologiques), ni des besoins véritables des élèves. Les PIALs s‘exécutent : ils “rentabilisent“ les personnels, au lieu d‘en recruter de nouveaux. C‘est pourquoi Force ouvrière continue de demander la création d’un véritable statut de fonctionnaire d’État pour les AESH, l‘abandon des PIALs, et réclame le recrutement d‘AESH en nombre suffisant pour respecter les conditions de travail des personnels.

Dans les Côtes-d’Armor où le Directeur académique indiquait qu’il manquait 60 ETP d’AESH au 11 décembre, la mobilisation s’organise : les Unions départementales CFDT, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA-Éducation 22, les associations ALMA 22, APEDYS 22, Autisme 22, FCPE 22 exigent que l’État réponde à ses obligations, et que la direction académique nomme immédiatement tous les accompagnants prescrits par la CDAPH. Elles invitent les parents concernés, les écoles à faire remonter les situations pour les porter à la Préfecture, lors d’un rassemblement le mercredi 20 janvier à 15 heures.

Parce que le gouvernement profite de la crise sanitaire pour liquider le système public d'Education français, parce que les politiques de destructions des services publics sont inacceptables, FO, la FSU, la CGT-éduc’action, SUD éducation et le SNCL, appellent les personnels à la grève le mardi 26 janvier pour exiger des créations de postes, le dégel de la valeur du point d’indice couplé à des mesures significatives de revalorisation des salaires et des carrières dans l’éducation.

Et parce que le gouvernement profite de la crise sanitaire pour détruire les acquis sociaux et restreindre toujours plus les libertés individuelles, FO s'engage contre toutes les lois liberticides : loi de sécurité globale, loi sur les séparatismes, décrets sur la « prévention des atteintes à la sécurité publique : ce sont les libertés syndicales et l’existence même des organisations syndicales qui sont menacées. Ces mesures font système avec la loi de transformation de la fonction publique qui vise à marginaliser les syndicats. Elles font système avec la volonté de faire taire toute contestation et toute revendication.

Force Ouvrière ne se taira pas, continuera de revendiquer et de se battre pour faire aboutir les revendications !

Posté par celchop à 21:59 - Permalien [#]
Tags :
16 janvier 2021

Adhérer en ligne au SNUDI FO 29

 

 

Posté par celchop à 22:09 - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2021

Les formations par Constellations c'est non!

Signez notre pétition:

 



 

Posté par celchop à 21:26 - Permalien [#]
Tags :

Se syndiquer en 2021

Voici le bulletin de syndicalisation 2021

bulletin_syndicalisation_2021_1

Posté par celchop à 17:23 - Permalien [#]
Tags :

Enquete scolaire rentrée 2021

Renvoyez-nous l'enquête pour votre école si vous demandez une ouverture ou que vous craignez une fermeture.

enquete_carte_scolaire_fev_2020_SNUDI_FO

Posté par celchop à 17:18 - Permalien [#]
Tags : ,
05 janvier 2021

SEGPA: indemnité pour les PE prof principaux

P_tition_SEGPA_FNEC

A l’attention de Monsieur le Ministre

Dans une note adressée aux Recteurs le 18 novembre, note dont nous a informés la FNEC FP-FO, vous détaillez les modalités d’attribution de l’ISOE modulable pour les professeurs principaux en SEGPA suite à la publication du décret n° 2019-1002 du 27 septembre 2019.

Ce décret permet désormais aux professeurs du 2nd degré qui sont désignés professeurs principaux de SEGPA de percevoir une indemnité (ISOE modulable) :

« La part modulable est allouée aux personnels enseignants désignés à l'article 1er ci-dessus, qui assurent une tâche de coordination tant du suivi des élèves d'une division que de la préparation de leur orientation, en liaison avec les psychologues de l'éducation nationale de la spécialité “éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle”, et en concertation avec les parents d'élèves. L'attribution de cette part est liée à l'exercice effectif de ces fonctions. »Décret n°93-55 du 15 janvier 1993

Votre note écarte les professeurs principaux des classes de 6ème, 5ème et 4ème pour cette année scolaire et laisse entendre que les missions citées ci-dessus relèveraient du directeur de SEGPA concernant les 6ème et 5ème.

Par ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir que de nombreux professeurs remplissant ces missions sont des professeurs des écoles qui se retrouvent de fait exclus de votre décret car professeurs du 1er degré qui exercent dans le 2nd degré.

Nous, enseignants en SEGPA, EREA et ULIS, ayant déjà subi une perte financière de plusieurs centaines d’euros lors de la modification de notre régime indemnitaire en 2017, vous demandons pour les professeurs principaux de tous les niveaux :

-       le versement de l’ISOE modulable à tous les enseignants du 2nd degré

-       la création d’une indemnité équivalente pour les professeurs des écoles

NOM

Prénom

Affectation

Département

Mail

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par celchop à 22:19 - Permalien [#]
Tags :
15 décembre 2020

Ecole non obligatoire jeudi et vendredi: Le SNUDI FO 29 écrit à la DASEN et au recteur

 

Monsieur le Recteur,

 

 

D'après nos informations, vous venez d'autoriser les élèves à déroger à l'obligation scolaire jeudi 17 et vendredi 18 décembre 2020, faisant ainsi écho aux propos irresponsables tenus par le premier ministre sur une radio privée à diffusion nationale.

 

En effet, ces propos font fi de la désorganisation des écoles et des établissements, du surcroît de travail qu'ils vont immanquablement provoquer, ils font fi du travail acharné des personnels de l'Education Nationale qui, depuis des semaines, se dévouent dans des conditions sanitaires plus que contestables pour que l'Ecole assure ses missions et que soit garantie la continuité du service public et l'obligation scolaire.

 

Le SNUDI FO 29 s'élève contre ces déclarations qui laissent à penser que l'Ecole ne serait pas essentielle, voire qu'elle serait subsidiaire, et mettent une nouvelle fois au grand jour le manque total de reconnaissance du gouvernement pour le travail des personnels de l'Education Nationale. Tout cela pour un bénéfice sanitaire probablement nul, puisque rien ne garantit que les familles des élèves absentéistes s'astreindront à un quelconque confinement.

 

Le SNUDI FO 29 vous demande donc, Monsieur le Recteur, de prendre toutes les dispositions pour que l'obligation scolaire soit respectée par tous les élèves jusqu'au vendredi 18 décembre au soir.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Recteur, l'expression de notre parfaite considération.

 

 

 

Pour le SNUDI FO 29

La secrétaire départementale

 

Céline CHOPIN

Posté par celchop à 19:48 - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 décembre 2020

Contre le chômage et la précarité: manifestation le 5/12 à BREST

 

Camarades,

Toutes les semaines, un nouveau plan de licenciements est annoncé, venant s’ajouter aux centaines de milliers d’emplois déjà détruits.

Avant l’annonce du nouveau confinement, l’Unedic prévoyait déjà 670000 nouveaux inscrits à Pôle emploi fin 2020, pulvérisant la barre des 6 millions de travailleurs inscrits.

Alors que le nombre de chômeurs explose, de grosses entreprises utilisent le coronavirus comme prétexte pour licencier et poursuivre leur course aux profits. Comme hier au nom de la compétitivité, le patronat et son gouvernement font aujourd’hui payer la crise aux travailleurs, à commencer par les plus précaires !

Au lieu de défendre les emplois existants, et de combattre le chômage en diminuant le temps de travail, le gouvernement continue d’abreuver le patronat de centaines de milliards d’aides publiques et d’exonérations de cotisations sociales, sans lui interdire de licencier et sans contrepartie.

C'est pourquoi, à l'appel des organisations syndicales FO, CGT, FSU et Solidaires nous manifesterons :

Samedi 5 décembre à 11h
Place de la Liberté à Brest

Pour le droit au travail
Contre le chômage, la précarité et les licenciements
Pour une indemnité pour tous les chômeurs et les chômeuses

Vous pouvez télécharger ici le tract unitaire :
https://drop.infini.fr/r/rcd_vypz1c#fYiANn7JtdefxMaKkwGUD8hZc5vp/NlK4E2rJEVtydY=

Nous vous invitons à diffuser cette information dans vos syndicats.

Pour celles et ceux qui le souhaitent, nous nous retrouverons à 10h à l'Union Locale, 5 rue de l'Observatoire à Brest.

Amitiés syndicalistes,

Lena
pour le bureau de l'UL

--
Unvaniezh Lec'hel cgt-Force Ouvrière Bro Vrest
Union Locale cgt-Force Ouvrière du Pays de Brest
ulfobrest@riseup.net

Posté par celchop à 10:34 - Permalien [#]
Tags : , ,

Constellations, le courrier du SNUDI FO 29 envoyé aux autres syndicats

Constellations : le SNUDI-FO 29 propose d'urgence une rencontre au SNUipp FSU 29, à la CGT éduc 29, à Sud Education 29, au SE-UNSA 29 et au SGEN-CFDT 29 pour obtenir l'abandon définitif !

 

Chers collègues,

 

Depuis la rentrée, la colère gronde dans les écoles notamment en raison de la mise en place du dispositif de formations par constellations imposé par le Ministre.

 

Ce dispositif repose sur des visites de CPC dans les classes des collègues concernés et des visites entre collègues demandées par le ministère.

 

Pour le SNUDI-FO, il ne s'agit pas d'une question de pédagogie mais d’une attaque contre notre statut puisque le DGRH nous a expliqué qu’il ne s’agissait que d’un échantillon de l’accompagnement pérenne qui serait imposé à tous les enseignants au sortir du "Grenelle".

 

Les collègues refusent d'être suivis continuellement et d’être considérés comme des stagiaires toute leur carrière !

 



Constellations ou autres accompagnements, tout s’accumule !

 

Le SNUDI-FO a alerté les collègues dès juin sur les enjeux d'une telle réforme et revendique l’abandon définitif de cet accompagnement obligatoire.

 

Les collègues refusent cette pression permanente et ces suivis imposés. 
Le SNUDI-FO prend ses responsabilités en mettant tout en œuvre pour obtenir l’abandon définitif.

 

Depuis septembre, nous avons écrit au DASEN et au recteur pour demander l’abandon de ce dispositif.

 

Les collègues attendent que nous passions, dans l'unité, un cran au-dessus.

 

Aussi, au vu de l’urgence de la situation, nous vous proposons de nous rencontrer rapidement pour envisager des moyens d’obtenir satisfaction sur la revendication des collègues qui ont signé par centaines notre pétition.

 

 

A vous lire,

 

Céline CHOPIN, secrétaire départementale

 

Posté par celchop à 10:32 - Permalien [#]
Tags : ,

Contre la loi de sécurité globale Manifestation le 4 décembre à 18h place de la Liberte

 

Retrait de la loi « Sécurité globale », acte 3

Depuis 15 jours, à Brest , comme partout en France, des milliers de citoyennes et de citoyens ont exprimé leur attachement profond aux libertés de manifester, d'informer, d'être informé et plus globalement leur opposition aux politiques sécuritaires. Ils ont massivement dénoncé les violences policières, dont les populations racisées et les mouvements sociaux sont les premières victimes.

Alors que le projet de loi dit de « Sécurité globale » a été adopté à l'Assemblée nationale , le gouvernement prétend répondre à ce mouvement massif de contestation en évoquant une éventuelle réécriture de l'article 24.

Ce sera insuffisant pour nous donner des garanties sur la liberté de la presse de pouvoir diffuser des images, en particulier celles des violences policières. Or, l'actualité nous prouve plus que jamais que sans images diffusées par la société civile ou la presse, ces violences resteront impunies.

Face à cette politique autoritaire et au risque de basculement vers un État policier, le mouvement de résistance de s'arrêtera pas avant une véritable sortie de la politique sécuritaire

25 organisations brestoises (*) appellent de nouveau à se rassembler et à manifester pour le respect de l'État de droit et de nos libertés.

Rendez vous vendredi 4 décembre à 18h, place de la Liberté

(*) des associations, AFPS, ATTAC, Club de la Presse Bretagne, LDH, MRAP, UEP,

des syndicats, Alternative pour l'UBO, CGT Brest, CNT, FO Brest, FSU, SUD-Solidaires, Visa

et des organisations politiques : BNC, EELV, Ensemble, FI, Génération-s, Jeunes insoumis, LRDG, PCF, Poid, PS, UCL, UDB.

--
Unvaniezh Lec'hel cgt-Force Ouvrière Bro Vrest
Union Locale cgt-Force Ouvrière du Pays de Brest
ulfobrest@riseup.net

Posté par celchop à 10:28 - Permalien [#]
Tags : , ,
10 novembre 2020

Courrier au recteur pour demander le report du projet d'école

 

Objet : projet d’école 2020-2025

 

Monsieur le Recteur,

Dans un courrier en date du 7 octobre 2020 adressé aux directrices et directeurs d’école ainsi qu’aux IEN de circonscription, vous demandez la finalisation des projets d’école 2020-2025 pour le second trimestre 2021 après présentation au second conseil d’école de l’année scolaire.

Cette demande n’est pas tenable. Vous n’ignorez pas combien les personnels ont été éprouvés ces dernières semaines, que ce soit par les conditions particulières de cette rentrée, du fait de la situation sanitaire, ou plus durement encore par l’assassinat de Samuel Paty. Les directrices et les directeurs d’école ont été particulièrement sollicités, ils ont travaillé d’arrache-pied, pour que la rentrée se fasse dans les meilleures conditions possibles pour les élèves et les personnels enseignants et non enseignants. Les équipes enseignantes ont dû s’adapter, souvent dans l’urgence, pour répondre aux exigences institutionnelles et leurs multiples revirements. En première ligne face aux parents d’élèves, elles ont dû essuyer la colère et l’incompréhension de certains et assumer les incohérences et les contradictions des injonctions ministérielles.

Les personnels n’en peuvent plus. Nous vous demandons l’ajournement de l’élaboration des projets d’école. La priorité est de donner les moyens à l’école de fonctionner dans des conditions de sécurité sanitaire acceptables, la priorité, c’est le recrutement de personnels sur les listes complémentaires des concours de professeurs des écoles, afin de dédoubler les classes et d’assurer tous les remplacements.

Nous vous remercions de l’attention que vous porterez à cette demande et vous prions de croire à l’expression de notre parfaite considération.

Posté par celchop à 13:54 - Permalien [#]
Tags : ,
09 novembre 2020

FO 29 lance une procédure d'alerte

Objet : procédure d'alerte
Madame la Directrice Académique,
Les personnels des établissements scolaires (ainsi que les élèves et leurs familles) sont mis en danger.
Depuis la rentrée de septembre, les chiffres de l’ARS Bretagne montrent que les milieux scolaire et
universitaire constituent les principaux foyers de contamination (près de la moitié des clusters avant les
vacances : 22 sur 42 le 9 octobre ; et encore le quart à la fin de celles ci : 23 sur 93 le 30
Depuis la reprise, partout, les membres du personnel sont exaspérés face à des conditions de travail
toujours plus dégradées, face à l’incurie du gouvernement et son refus de protéger les personnels.
Un nouveau confinement est instauré avec de nouvelles restrictions drastiques de nos libertés. Mais
quelles sont les mesures qu’a prises le Ministre de l’Education pour protéger les personnels et, à son
niveau, tenter de juguler l’épidémie ? Des masques FFP2 ? Un dépistage systématique ? Un recrutement
massif de personnels ensei gnants ? La réquisition de bâtiments pour permettre les dédoublements ?
Aucune de ces revendications n’a été satisfaite par le Ministre ! Pas une seule mesure n’a été prise pour
garantir l’égalité d’instruction aux élèves.
Dans le même temps, le gouvernem ent refuse toujours de suspendre le jour de carence, de reconnaître
l’imputation au service de la Covid 19 et l’obtention d’ASA pour les personnels vulnérables n’est jamais
facilité par l’administration.
L’énième protocole dit «sanitaire», publié à la veille de la rentrée de novembre, appelle au respect des
gestes barrière et à la distanciation physique «si possible». Il précise que chaque enfant doit pouvoir se
rendre à l’école. Mais comment faire quand aucune mesure n’a été prise pour recruter des ensei gnants et
baisser les effectifs par classe ? Tous les élèves ont le droit d’avoir une scolarité complète en présentiel.
La machine à trier qu’est Parcoursup ne fera pas, cette année encore, de cadeau aux candidats, scolarité
amputée ou pas. Mais le Ministr e s’en lave les mains. Pourtant, c’est bien lui qui est responsable. Qu’a
t il à son actif ? La suppression de presque 5000 postes dans l’Education nationale depuis sa prise de
fonction. Dans le même temps, le plan de continuité pédagogique proposé, c’est le cumul du distanciel
et du présentiel : plus de limite au temps de travail, plus de vie privée, plus de nuit, plus de week end. Et
un enseignement dégradé parce l’enseignement en distanciel, ce n’est pas de l’enseignement.
Pire encore, face à la mobilis ation des lycéens pour dénoncer l’absence de moyens pour faire face à la
crise et revendiquer de meilleures conditions d’enseignement, une nouvelle fois, le gouvernement
répond aux revendications par la matraque, au prétexte de maintenir l’ordre dans un contexte de
reconfinement. La FNEC FP FO du Finistère dénonce cette répression brutale. Par conséquent, la Par conséquent, la Fédération FO de l’Education Nationale du Finistère exige : Fédération FO de l’Education Nationale du Finistère exige :
• Le dépistage généralisé des élèves et des personnels,Le dépistage généralisé des élèves et des personnels,
• La mise à disposition La mise à disposition gratuite des masques pour les élèves, la fourniture de masques FFP2, seuls gratuite des masques pour les élèves, la fourniture de masques FFP2, seuls reconnus par le Code du Travail comme étant protecteurs pour tous les personnels,reconnus par le Code du Travail comme étant protecteurs pour tous les personnels,
• Si nécessaire, la réquisition de bâtiments pouvant accueillir des classes ou location de bâtiments Si nécessaire, la réquisition de bâtiments pouvant accueillir des classes ou location de bâtiments modulaires,modulaires,
• La facilitation de l’obtention d’autorisations spéciales d’absence pour tous les personnels La facilitation de l’obtention d’autorisations spéciales d’absence pour tous les personnels vulnérables ou ayant une personne vulnérable dans son entourage,vulnérables ou ayant une personne vulnérable dans son entourage,
• L’isolement de toutes les personnes susceptibles d’être «L’isolement de toutes les personnes susceptibles d’être « contact à risquecontact à risque » dès lors» dès lors qu’un cas est qu’un cas est confirmé.confirmé.
• La suppression du jour de carenceLa suppression du jour de carence
La FNEC FP Force Ouvrière 29 considère que la situation actuelle nécessite la présence massive et considère que la situation actuelle nécessite la présence massive et urgente de personnels dans les écoles, collèges, lycées.urgente de personnels dans les écoles, collèges, lycées.
Elle demande de procéder au recrutement de ces personnels immédiatement, en particulier en ayant e ces personnels immédiatement, en particulier en ayant recours aux listes complémentaires des concours, et en réabondant les listes complémentaires lorsque recours aux listes complémentaires des concours, et en réabondant les listes complémentaires lorsque cela s’avère nécessaire. Enfin, en augmentant de manière conséquence le nombre de places aux cela s’avère nécessaire. Enfin, en augmentant de manière conséquence le nombre de places aux concouconcours. Le volume horaire élèvesrs. Le volume horaire élèves--professeurs des élèves doit être maintenu en présentiel. professeurs des élèves doit être maintenu en présentiel.
• Toutes les fermetures effectuées en septembre doivent être annulées ; les horaires disciplinaires Toutes les fermetures effectuées en septembre doivent être annulées ; les horaires disciplinaires augmentés.augmentés.
• Réouverture des classes fermées en septembreéouverture des classes fermées en septembre ; dédoubleme; dédoublement systématique des classes nt systématique des classes
• Arrêt immédiat des contrerrêt immédiat des contre--réformes de la maternelle au lycée, l’abandon immédiat de la réforme réformes de la maternelle au lycée, l’abandon immédiat de la réforme du lycée et du baccalauréat et de Parcoursup.du lycée et du baccalauréat et de Parcoursup.
• Respect des statuts, des obligations réglementaires de service, du cadre espect des statuts, des obligations réglementaires de service, du cadre national de l’école.national de l’école.
Les « plans de continuité pédagogique », le téléLes « plans de continuité pédagogique », le télé--enseignement, notamment, n’ont aucun caractère enseignement, notamment, n’ont aucun caractère obligatoire, nul ne peut y être contraint ; les personnels ne sauraient être assujettis à la fois au travail à obligatoire, nul ne peut y être contraint ; les personnels ne sauraient être assujettis à la fois au travail à distance et à la foidistance et à la fois au travail présentiel.s au travail présentiel.
• Réaffectation des milliards d’argent public à des plans d’urgence pour l’hôpital, l’école, les éaffectation des milliards d’argent public à des plans d’urgence pour l’hôpital, l’école, les services publics, plutôt qu’au financement des plans de licenciements, comme cela a lieu en ce services publics, plutôt qu’au financement des plans de licenciements, comme cela a lieu en ce moment.moment.
La FnecLa Fnec--FP FO déclenchFP FO déclenche par la présente la procédure d’alerte telle que prévue par l’article e par la présente la procédure d’alerte telle que prévue par l’article 55--7 (faisant référence à l’article 57 (faisant référence à l’article 5--5) du décret 825) du décret 82--453 modifié. En effet, face à cette absence 453 modifié. En effet, face à cette absence caractérisée de prise en compte de la santé des personnels en cette période decaractérisée de prise en compte de la santé des personnels en cette période de pandémie, elle a un motif pandémie, elle a un motif raisonnable de penser que la santé et la vie de ces derniers sont menacées. Elle se tient à votre raisonnable de penser que la santé et la vie de ces derniers sont menacées. Elle se tient à votre disposition pour émettre un avis sur les mesures que vous entendez prendre pour faire cesser ce danger disposition pour émettre un avis sur les mesures que vous entendez prendre pour faire cesser ce danger grave. Si aucune réponse n’égrave. Si aucune réponse n’était apportée, elle rappelle que les collègues pourraient être amenés à tait apportée, elle rappelle que les collègues pourraient être amenés à exercer leur droit de retrait. A défaut d’accord avec l’autorité administrative, les représentants de exercer leur droit de retrait. A défaut d’accord avec l’autorité administrative, les représentants de la FNEC FPla FNEC FP--FO saisiront les Inspecteurs Santé Sécurité au Travail et lesFO saisiront les Inspecteurs Santé Sécurité au Travail et les Inspecteurs du Travail. Inspecteurs du Travail.

Je vous prie d’agréer, Madame la DASEN, l’expression de mes salutations distinguées.
Valérie Plouchard, pour la FNEC FP FO 29Valérie Plouchard, pour la FNEC FP FO 29

Droit_dalerte_FNEC_FO_29_le_8_novembre_2020

Posté par celchop à 09:01 - Permalien [#]
Tags :
31 octobre 2020

Conditions de reprise le courrier intersyndical au DASEN 29

 

Objet : Conditions de reprise dans le cadre du confinement de novembre 2020 et de vigipirate renforcé.
Madame l’Inspectrice d’Académie,
Depuis la sortie des classes du 16 octobre dernier, de nombreux événements ont frappé notre pays : meurtre
de notre collègue Samuel Paty, confinement du 30 octobre, attentat de Nice. Ceux‐ci ont eu des répercussions
importantes sur le fonctionnement de notre pays et, de fait, impacteront lourdement le fonctionnement des
écoles du territoire.
Depuis 3 jours, les annonces, ordres et contre‐ordres s’amoncellent et encore une fois le Service Public
d’éducation doit être opérationnel du jour au lendemain sans laisser du temps aux équipes pour faire face
aux défis qui leurs sont donnés. Pire, alors que toute la société s’organise pour combattre la seconde vague
de coronavirus, il est demandé aux enseignant‐es et à tou‐tes les agents qui exercent dans les écoles
d’accueillir l’ensemble des élèves sans pour cela leur apporter les conditions nécessaires à leur protection,
celle des enfants scolarisés et l’ensemble de leurs familles. Pour notre intersyndicale, c’est non !
Pour l’intersyndicale il est important que les écoles puissent rester ouvertes pendant cette période car le
précédent confinement est comptable de bien trop de dégâts auprès des publics les plus fragiles tant
scolairement que socialement.
Cependant, il est inconcevable que les enseignant‐es, les AESH et tous les personnels qui travaillent dans les
écoles aient à mener à bien cette mission de service public d'éducation sans avoir l’assurance d’être protégés.
Les enseignants n’ont pas de masques appropriés, il ne peut y avoir distanciation dans toutes les classes et,
dans certains endroits, l’insuffisance de points d’eau ne permet pas d’assurer un lavage des mains aussi
régulier que nécessaire et par manque de personnel municipal, les désinfections régulières préconisées par
le protocole ne pourront pas être assurées.
Aussi, nous vous demandons Madame la DASEN d’assumer vos responsabilités d’employeur et de nous
apporter les moyens d’effectuer nos missions dans les conditions sanitaires nécessaires :
• banaliser la journée de lundi afin de permettre à toutes les écoles de bénéficier d’une journée de prérentrée
qui servira à réfléchir et préparer le nouveau fonctionnement de l’école en lien avec la crise
sanitaire et vigipirate renforcé ;
• d’organiser l’accueil des élèves en demi‐groupes afin de réduire le nombre d’élèves sur site en même
temps et permettre une réelle distanciation physique sur temps scolaire et périscolaire;
• recruter sur la liste complémentaire du CRPE pour pallier le déficit de postes du département.
• fournir à minima des masques chirurgicaux de type 2 à l’ensemble des personnels de l’Éducation
Nationale en lieu et place de tout masque lavable qui, non seulement n apportent pas de protection,
suffisante, mais en plus est toxique.
• En lien avec les collectivités territoriales, rendre effectif le renforcement du protocole pour les
collectivités : nettoyages des points de contact 3 fois par jours et des classes chaque demi‐journée, non
brassage pendant le temps périscolaire des groupes définis sur le temps scolaire ;
• augmenter le temps de décharge des directeurs‐trices pour leur permettre d’absorber la surcharge
de travail inhérente aux différents protocoles ;
• interdire toute tâche de direction supplémentaire et retirer des prérogatives des directeur‐trices
l’établissement d’attestation de déplacement pour les parents d’élèves ;
• permettre la modification du temps scolaire sur proposition du conseil des maîtres et validation du
conseil d’école afin d’adapter l’accueil des élèves à la réalité de chaque structure (comme au mois de
mai dernier);
• supprimer le jour de carence pour les collègues atteints du Covid‐19
• annuler l’intégralité des animations pédagogiques et des m@gistères.
• supprimer les 2 demi‐journées de solidarité au regard du travail réalisé par les enseignant‐es pendant
les 2 semaines de vacances d’automne.
Si les garanties sanitaires citées ci‐dessus n’étaient pas apportées pour la réouverture des écoles de lundi,
l’intersyndicale appellera les personnels à se saisir de tous les moyens d’action pour faire valoir leurs droits et
assurer leur sécurité ainsi que celles des élèves accueillis à l’école et de leurs familles.
L’intersyndicale 1er degré 29 se réunira en début de semaine pour faire un premier point d’étape sur cette
rentrée.
Nous vous prions de croire, Madame la DASEN, en notre profond attachement au Service Public d'Éducation.
Pour le SNUipp‐Fsu 29, Sabrina MANUEL
Pour la CGT educ’action 29, Marie DAGNAUD
Pour la CGT éduc’action enseignement privé, Pascale PICOL
Pour le SNUDI‐FO 29, Céline CHOPIN
Pour Sud Education 29, Olivier CUZON

COURRIER_INSTERSYNDICAL_dasen_31_OCTOBRE_29_1

Posté par celchop à 16:36 - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 octobre 2020

INSUPPORTABLE!

Suite à l’assassinat de Samuel Paty, le ministère avait annoncé dans les médias un dispositif particulier dans les écoles pour la rentrée lundi 2 novembre : rentrée des élèves à 10h, activités pédagogiques imposées autour de cet événement tragique, minute de silence…
Jusqu’aux derniers jours des vacances, aucune communication n’a été effectuée auprès des directeurs d’école sur les dispositions concrètes de mise en place de cette rentrée scolaire ! Faute d’instructions claires des IA-DASEN et des recteurs, nos collègues, sur leur temps de vacances, recevaient donc les informations par BFM TV !
Certains directeurs d’école ont commencé lors des derniers jours de congés à contacter les municipalités pour voir si une garderie était prévue jusqu’à 10h au sein de l’école, ils ont été submergés de questions légitimes de parents d’élèves sans pouvoir y répondre…
A cette situation s’est ajoutée la question du nouveau protocole et du « reconfinement ».
Aux directeurs d’école et aux personnels de mettre en place le nouveau protocole sanitaire publié le 29 octobre au soir par le ministre, protocole encore plus inapplicable que les précédents, faisant peser toujours plus la responsabilité de la propagation de l’épidémie sur les personnels : à eux d’organiser l’impossible non-brassage des élèves, de renforcer la ventilation, de veiller à ce que les élèves à partir de 6 ans (enfants qui paraît-il n’étaient pas vecteurs de transmission du virus) portent le masque en permanence… pendant que le ministre s’exonère de ses obligations de protéger les personnels !
Aux directeurs d’école également lors de cette impossible rentrée la responsabilité de signer les attestations aux dizaines ou aux centaines de parents d’élèves venant accompagner ou récupérer leurs enfants à l’école !
Aux directeurs d’école toujours de veiller à la mise en place du plan Vigipirate renforcé dans une période marquée par plusieurs agressions et assassinats dans le pays !
Comme si cela ne suffisait pas, le ministre vient d’annoncer ce vendredi 30 octobre que la rentrée du lundi 2 novembre, initialement prévue à 10h pour les élèves, aurait finalement lieu à l’heure habituelle… « En pratique, tous les élèves reprendront les cours comme à l’habitude » écrit-il… charge donc aux directeurs d’école de prévenir les familles durant le week-end, familles qu’ils venaient à peine d’informer d’une rentrée des élèves à 10h !
Avec ses ordres et contrordres permanents, le ministre est en train de faire exploser les personnels, et notamment les directeurs d’école ! Les limites de l’incurie et de l’incompétence sont largement dépassées !
Pour le SNUDI-FO, c’est inacceptable ! Le mépris des personnels, le mépris des statuts, le mépris de l’Ecole publique, ça suffit !
Le refus de satisfaire la moindre des revendications (postes, salaires…), ça suffit !
La volonté d’imposer coûte que coûte des réformes s’en prenant à nos statuts et nos conditions de travail, ça suffit !
Le SNUDI-FO appelle les personnels à se saisir de l’appel des fédérations FSU, FNEC FP-FO, CGT Educ’action, SUD Education et SNALC à se réunir dans les écoles dès le lundi 2 novembre, à lister toutes leurs revendications et à les faire remonter à leur hiérarchie, avec copie aux organisations syndicales.
Pour le SNUDI-FO, la question de la grève pour briser cette spirale infernale de dégradation de nos conditions de travail et obtenir une réelle augmentation de nos salaires est posée. La FNEC FP-FO a d’ores et déjà déposé un préavis de grève pour couvrir toutes les initiatives jusqu’aux vacances de Noël.
Montreuil, le 30 octobre 2020

201030_Communiqu__SNUDI_FO_insupportable

Posté par celchop à 19:11 - Permalien [#]
Tags : , ,