04 janvier 2017

Compte rendu du CTSD du 08 nov 2016: quand l'état organise la fuite des élèves vers le privé

Compte-rendu du CTSD du 8 novembre 2016

Quand l’état organise la fuite des élèves vers le privé

Deux points principaux à l’ordre du jour du Comité Technique Spécial Départemental qui s’est tenu le 8 novembre dernier :

- Le bilan de la rentrée dans les premier et second degrés

- La présentation de la «convention cadre pour une école de qualité en territoire rural»

 

Bilan de la rentrée :

Dans un contexte de baisse démographique, le département du Finistère scolarise moins d’élèves en 2016 qu’en 2015 dans le premier degré. La baisse est de l’ordre de 1%, soit un peu plus de 800 écoliers.

Dans les écoles publiques, l’Inspection du Finistère prévoyait une diminution des effectifs de 490 élèves. En réalité, la baisse constatée à la rentrée 2016 est de 1 034 élèves.

Dans le même temps, l’Inspection du Finistère prévoyait une baisse des effectifs dans les écoles privées, de l’ordre de 227 élèves. Le constat à la rentrée est sans appel : les écoles privées ont fait le plein et gagnent 262 élèves, soit 489 élèves de plus qu’attendu !

 

Pour ce qui concerne le collège, le constat est sensiblement le même :

L’IA prévoyait une baisse de 181 élèves dans les collèges publics. Elle est en réalité de 455 élèves.

Les collèges privés, qui devaient voir leurs effectifs baisser de 175 élèves, gagnent au final 92 élèves, soit 267 de plus qu’attendu…

 

Lors du CTSD, le SNFOLC 29 a interpellé l’Inspectrice d’Académie sur ce constat, en dénonçant les  réformes gouvernementales qui organisent la fuite des élèves vers l’enseignement privé. Nul besoin, en effet, de chercher très loin les raisons de l’effondrement des effectifs du public au profit  du privé : la réforme des rythmes scolaires (à laquelle les écoles privées ne sont pas soumises) et la Réforme du Collège en sont les principales responsables.  La FNEC-FP-FO continue d’en revendiquer l’abrogation. L’Inspectrice d’Académie, elle, voit une autre explication : les différents « acteurs » de l’Education Nationale n’ont pas présenté ces réformes sous un jour suffisamment positif, ce qui n’a pas manqué d’effrayer les familles. Ainsi, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, des organisations syndicales (au premier rang desquelles les nôtres : SNUDI-FO et SNFOLC) seraient-elles responsables de la situation car elles se sont trop violemment opposées aux réformes.  L’Inspectrice d’Académie peut bien faire feu de tout bois pour tenter de dédouaner le Ministère de sa responsabilité : la Fnec-FP-FO lui a rappelé que, quand une réforme est mauvaise, elle doit être retirée.

 

Présentation de la «convention cadre pour une école de qualité en territoire rural» :

Il s’agissait bien d’une simple information à l’attention des représentants syndicaux au CTSD, ceux-ci n’ayant pas vocation à se prononcer sur cette convention. Le principe en est clair : puisque la démographie scolaire du Finistère est « fragile » et s’érode lentement, les élus des communes rurales sont invités à « anticiper d’inéluctables évolutions pour ne pas les subir ». Autrement dit, à eux de voir, dans le cadre des Intercommunalités, quels regroupements ou fusions d’écoles ils peuvent proposer. Ou comment tresser la corde pour se pendre. Il est à noté que l’Inspection du Finistère préconise par exemple des regroupements des élèves de CM1 et CM2 au plus proche du collège de secteur. Interrogée sur ses motivations par Force Ouvrière, l’Inspectrice convient que cela « faciliterait les échanges dans le cadre de la mise en œuvre du cycle 3 ». Pour information : l’Association des Maires Ruraux du Finistère n’est pour l’instant pas signataire de cette convention.

Christelle Le Cam

Marianne Trégourès

Représentantes FNEC-FP-FO au CTSD

Posté par celchop à 18:20 - Permalien [#]
Tags : , ,