13 novembre 2018

Communiqué du 12 novembre

Communiqu__BC_12communique_12_nov_18

Posté par celchop à 22:22 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 juillet 2018

775 postes non pourvus pour la rentree 2018

775 postes non pourvus

Posté par celchop à 16:17 - Permalien [#]
Tags : ,
23 juin 2018

Inclusion scolaire systématique

Inclusion scolaire systématique :
le ministère ne nie pas les difficultés mais répondra-t-il vraiment aux revendications des personnels ?
De même, ils ont déploré le nombre trop important selon eux, de saisies des CHS CT sur les problèmes découlant de l’inclusion
scolaire systématique. Pour faire baisser ce nombre jugé trop important, le ministère réfléchit à installer des personnes référentes
dans les établissements ou par zone afin de conseiller les enseignants confrontés aux difficultés découlant de l’inclusion
systématique.
Sur le nombre et le statut des AESH, les représentants du ministre ont reconnu aussi les problèmes, la réponse passant en partie selon
eux par une meilleure organisation des emplois du temps. Ils ont aussi indiqué que pour le ministre, il fallait rediscuter de la notion
d’accompagnement individuel qui ne serait pas toujours très valable. Par exemple, dans l’académie de Versailles, le rectorat veut
passer en 5 ans d’un taux de 33% de prescriptions mutualisées à 80%, au détriment de l’aide individuelle. Ce qui aura nécessairement
comme conséquence des suppressions de postes d’AESH.
Concernant l’avenir des IME et IMPro, ils n’ont pas donné de réponse.
Concernant la formation, ils se sont étonnés de la position de la FNEC FP‐FO qui ne serait pas identique à celle d’autres syndicats.
Ils se sont dit prêts à engager des discussions sur cette question.
Enfin, rappelant le rôle essentiel des recteurs pour le ministère, Mme BOUHRIS et M LEDROIT ont accédé à notre demande de
pouvoir leur soumettre des dossiers de situations très problématiques qui n’auraient pas trouvé de solution dans un département.
En conclusion, si le malaise est reconnu, les réponses ministérielles ne sont pas pour autant
rassurantes.
Pour la FNEC FP‐FO, la solution ne peut passer par le seul objectif de faire baisser de manière comptable les notifications MDPH ou
les saisies de CHS CT. Les saisies de CHS CT constituent certes une contrainte pour l’employeur qui est obligé d’apporter une réponse
écrite. Pour autant ils représentent une garantie pour les personnels que leurs demandes seront examinées.
Concernant l’augmentation du nombre de personnels référentes, la FNEC FP‐FO déplore le fait que le ministère ne privilégie pas
l’augmentation du nombre de personnels enseignants formés, devant élèves.
De même la FNEC FP‐FO s’inquiète que le ministère ne prévoit pas l’intégration des AESH dans un corps de la Fonction publique afin
de mettre fin à la situation de précarité et aux contrats à temps partiels obligés..
Concernant la formation d’enseignants spécialisées, la FNEC FP‐FO enregistre la réponse ministérielle. Pour FO, cela doit passer par
le rétablissement des options qui ont été supprimées avec le CAPPEI.
Enfin la FNEC FP‐FO enregistre positivement les déclarations concernant la remontée des dossiers.
Elle engage les sections fédérales, les syndicats départementaux à soumettre toutes les situations problématiques aux DASEN, aux
recteurs et à faire remonter les dossiers en blocage à la fédération pour traitement avec les représentants du ministre.CR_audience_inclusion_syst_matique

Posté par celchop à 10:29 - Permalien [#]
Tags : ,
15 avril 2018

Le parisien: Le nouveau patron de FO, Pascal Pavageau, durcit le ton

Le nouveau patron de FO, Pascal Pavageau, durcit le ton

13 avril 2018, 22h16 | MAJ : 13 avril 2018, 22h16

Pascal Pavageau succèdera officiellement à Jean-Claude Mailly le 27 avril. LP/Arnaud Journois

Ce vendredi, Pascal Pavageau, le futur patron de FO, a planté sur Twitter la première banderille contre la ligne de son prédécesseur Jean-Claude Mailly.

Premier coup de griffe du remplaçant de Jean-Claude Mailly. Sur son compte Twitter, Pascal Pavageau, 49 ans, seul candidat à la succession du leader aux petites lunettes rondes, a décidé d’imprimer sa différence. « A tous ceux qui se mobilisent pour une juste répartition des richesses, pour garantir nos statuts et droits collectifs et pour résister à une logique d’individualisation de la société visant à « déprotéger » les travailleurs, j’apporte mon soutien plein et entier » écrit-il.

Le message est clair et tranchant. Il s’agit désormais pour celui qui sera le nouveau visage de FO le 27 avril prochain - à l’issue du congrès de Lille - de rassurer des troupes déboussolées par les positions « molles » du secrétaire général sortant.

« Mon tweet n’est pas une fake news, c’est ma ligne, a-t-il expliqué au Parisien-Aujourd’hui en France. Et je ne suis pas en campagne, étant le seul candidat», insiste cet ingénieur diplômé des travaux publics, engagé à FO depuis 1991 et qui se prépare depuis 2011 à prendre les rênes de la troisième confédération syndicale.

« Par définition il est normal pour un secrétaire général de soutenir les camarades dans l’action, comme les cheminots, les fonctionnaires, les salariés d’Air France, de Carrefour… » assène-t-il comme une évidence.

« Mailly s’est fait macroniser »

Une pique adressée à son prédécesseur. Il y a quelques jours, Jean-Claude Mailly avait déclaré que les cheminots FO ne représentaient pas grand-chose au sein de la SNCF. « Ça râle dans les rangs. Le Mailly 2018 n’est plus sur le front comme il l’était en 2006 avec le CPE. Il n’a pourtant rien à perdre maintenant, il devrait défendre ceux qui se bagarrent et taper sur la politique injuste défendue par le gouvernement. Pourquoi ne le fait-il pas ? » s’insurge un haut responsable de FO, persuadé que Mailly « s’est fait macroniser ».

« Je ne suis pas le clone de Jean-Claude Mailly » avait prévenu Pascal Pavageau en décembre 2017. Les militants ne vont pas être déçus ! S’il compte assurer la continuité du « réformisme constructif » dans l’ADN de FO depuis Marc Blondel, il entend aussi rétablir la notion de « convergence des luttes » rayée du vocabulaire de la maison depuis quelque temps.

« On va résister, revendiquer et reconquérir pour défendre notre monde »

« Cela fait un an qu’il y a un problème avec notre ligne, depuis l’élection présidentielle. Demain on va résister, revendiquer et reconquérir pour défendre notre monde, celui qu’on a bâti et qui repose sur un modèle social » prévient-il. Et d’ajouter sûr de lui : « Dans une semaine je serai très surpris que l’ensemble des camarades ne soutiennent pas cette logique de rassemblement de l’ensemble des revendications. Le modèle du chacun pour soi du gouvernement n’est pas le nôtre ! »

leparisien.fr

Posté par celchop à 10:12 - Permalien [#]
Tags :

27 mars 2018

INFO PPCR

Voici l'édito de notre "spécial PPCR".

Les syndiqués l'ont reçu par mail.

Bonne lecture

Edito PPCR mars 2018

Posté par celchop à 11:51 - Permalien [#]
Tags : , ,
15 mars 2018

 

resultats permutations15_03_2018___communiqu__permutations

Posté par celchop à 18:10 - Permalien [#]
Tags :
13 mars 2018

Tous en grève le 22 mars

communique greve 22 marsCommuniqu__FNEC_FP_FO_gr_ve_du_22_mars

Posté par celchop à 12:12 - Permalien [#]
Tags : , ,
18 février 2018

Temps partiel info

 

Pour information

La circulaire de travail à temps partiel 2018 - 2019 et les annexes sont publiées sur Toutatice - actualité pédagogique - bloc DSDEN.

Les demandes de temps partiel doivent être transmises à la DSDEN avant le 31 mars 2018.

 

Il faut adresser au secrétariat de l’inspection une copie.

LE SNUDI FO rappelle que vous avez le droit au temps partiel et vous engage à demander la quotité que vous souhaitez.

 

N'hésitez-pas à nous contacter en cas de problème.

Posté par celchop à 17:10 - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2018

Journée de carence

Jour de carence : c’est reparti à partir du 1er janvier !

L’Assemblée nationale a adopté, dans le cadre du budget d’austérité 2018, le rétablissement d’un jour de carence dans la Fonction publique en cas d’arrêt maladie, sous couvert d’une «égalité» privé/public, argument déjà avancé par le gouvernement Fillon en 2012, et pour «mettre fin aux petits arrêts maladie qui désorganisent les services».

Hormis les congés de longue maladie, longue durée ou accident du travail, tous les fonctionnaires et contractuels se verront systématiquement supprimer un jour de salaire dès le premier jour de leur arrêt de travail et cela à chaque arrêt maladie. Il s’agit là, d’une remise en cause des garanties statutaires et notamment de l’article 34 de la loi du 11 janvier 1984 qui permet le maintien de l’intégralité du traitement pendant 3 mois, en cas de maladie ordinaire, à compter du 1er jour de maladie.

Avec sa fédération de fonctionnaires, la FNEC FP-FO dénonce les orientations gouvernementales qui visent à réaliser des économies sur le dos de tous les salariés, qui sont de plus en plus nombreux à ne plus pouvoir accéder aux soins dans le cadre d’un gel des salaires et d’une privatisation rampante de la Sécurité sociale. C’est bien une attaque contre les garanties et protections collectives et individuelles qui est en marche.

Selon une récente étude de l’Insee, si le jour de carence appliqué en 2012 et 2013 a réduit les absences pour raisons de santé de deux jours, il a augmenté celles de longue durée pour les agents de l’État. Toujours selon l’Insee, le coût fixe dû au jour de carence a pu amener certains fonctionnaires “connaissant un problème de santé” à “hésiter à s’arrêter de travailler pour se soigner”. Mais leur état de santé se serait “dégradé” ce qui les a conduits “in fine à des arrêts plus longs”.

A partir du 1er janvier 2018, chaque agent perdra donc la totalité de sa rémunération le premier jour de son congé maladie, soit 1/30 de son traitement, mais aussi 1/30 de ses primes et indemnités. Un agent à temps partiel perdra de façon proratisée.

Au lieu de sanctionner les fonctionnaires, le gouvernement ferait mieux de se pencher sur ses responsabilités d’employeur en matière de médecine de prévention, car en ce domaine, comme dans d’autres par ailleurs, le constat est terrible : peu ou pas de médecins de prévention, peu ou pas de reconnaissance en maladie professionnelle. Par exemple, les personnels, qui dans le cadre de leurs missions sont en contact avec le public, auront bien du mal à faire reconnaître leur congé en maladie professionnelle.

Comme en 2012, la FNEC FP FO demande l’abrogation de ce jour de carence.

Posté par celchop à 09:57 - Permalien [#]
Tags :