11 février 2017

Compte rendu CTSD du 10 février 2017

Le second CTSD carte scolaire s’est réuni une seconde fois puisque le premier projet a été refusé par l’ensemble des syndicats.

Voici le nouveau projet présenté par la DASEN

Communiqu__de_presse_carte_scolaire_R_2017_Version_OS_et_IEN :

Fermetures annulées
  * Ecole de Sibiril dossier que Christelle a défendu âprement puisqu’il s’agissait d’éviter une classe unique à 24 élèves !
*  Le poste de la Roche Maurice n’est plus fermé en entier. Un demi-poste est maintenu.

 Demi-poste de Plonéour Lanvern que Christelle a défendu également

Ouvertures supplémentaires
*  1 classe maternelle bilingue à Pleuven
* ouverture d'une 4eme classe à  Pouldergat

 

Le reste du projet est maintenu.

Le SNUDI FO 29 a de nouveau voté contre ce projet qui ne répond pas aux attentes des écoles du département, dont certaines sont en grandes difficultés et le seront davantage encore à la rentrée prochaine.

Les autres organisations syndicales ont voté contre ce projet, à l’exception du SGEN-CFDT qui s’est prononcé pour.

Posté par celchop à 18:47 - Permalien [#]
Tags : , ,

08 février 2017

Appel pour la journée du 07 mars

MARDI 7 MARS
Dans le cadre de l’appel de la FNEC-FP-FO,
Le SNUDI-FO appelle les enseignants du 1er degré à la grève
et à la manifestation nationale pour revendiquer :
► l’augmentation générale des salaires à travers l’augmentation du point d’indice d’au moins 5 % ;
► l’arrêt du « non-protocole » PPCR et l’abandon du projet de décret sur l’évaluation ;
► la défense du statut général de la Fonction publique et des statuts particuliers ;
► la création de vrais postes occupés par des fonctionnaires titulaires ;
► le maintien des services publics nationaux, pour l’abandon de la régionalisation - territorialisation incarnée par la réforme des rythmes scolaires, les PEdT et la loi de refondation de l’école ;
► la défense de la Sécurité sociale et de toutes ses prérogatives, contre la privatisation et le déremboursement.
Nous, enseignants du 1er degré, nous sommes aussi dans la même galère que nos camarades hospitaliers et territoriaux, initiateurs de l’appel. Leurs revendications sont les nôtres.
Comme tous les fonctionnaires, nous n’en pouvons plus des salaires bloqués, et ce n’est pas la pseudo revalorisation PPCR qui peut nous contenter. Au contraire. Nos payes sont inférieures en février à celles du mois de janvier. Après 6 ans de gel, la misérable augmentation des 0,6 % de la valeur du point d’indice en 2 fois pour solde de tout compte, ne couvre même pas l’augmentation des cotisations retraite.
Comme tous les fonctionnaires, nous sommes confrontés à la remise en cause de notre statut général de fonctionnaire d’État et à celle de notre statut particulier qui nous permet d’enseigner sans pression politique.
Or, la mise en oeuvre combinée des PEdT et de la réforme de l’évaluation basée sur notre capacité à « coopérer » avec les associations des parents d’élèves et les mairies, nous fragilisent et menacent l’existence de l’école républicaine. C’est d’ailleurs pourquoi nous avons manifesté le 1er février, pour revendiquer l’abandon de la réforme en s’appuyant sur les milliers de signatures et les centaines de prises de position d’assemblées s’exprimant dans ce sens.
Comme tous les fonctionnaires, nous revendiquons la création de vrais postes, de vrais emplois statutaires de fonctionnaires ;
► contre le développement du recours aux personnels contractuels en situation de précarité ;
► pour l’amélioration des conditions de travail, pour les ouvertures de classes nécessaires ;
►pour l’amélioration des conditions de travail alors que le ministère pratique la politique de l’inclusion aveugle et dévastatrice des élèves handicapés pour seule raison d’économies budgétaires en fermant, de concert avec le ministère de la Santé, les structures spécialisées (cf. convention ARS – Éducation nationale de la Région Auvergne-Rhône-Alpes).
Comme tous les fonctionnaires, nous sommes confrontés aux ravages de la réforme de la territorialisation. Elle s’incarne dans la réforme des rythmes scolaire, la mutualisation forcée des écoles, des établissements du 2nd degré, à l’image de ce qui est prévu avec les Groupements Hospitaliers de Territoires.
Comme tous les fonctionnaires, tous les salariés, nous voulons défendre la Sécurité sociale dans le collimateur des banques, des assurances privées et de leurs porte-parole au plan politique.
Pour s’opposer à la grève du 7 mars, certains nous parlent de trêve électorale. Ils invoquent le fait que le gouvernement ferait ses valises pour nous demander de cesser de revendiquer.
Pourtant la vérité, c’est que le gouvernement est bel et bien à la manoeuvre pour s’en prendre à notre statut, notre pouvoir d’achat et nos conditions de travail, et continuer ses contre-réformes.
Pour FORCE OUVRIÈRE, en matière de revendications, il ne saurait y avoir de trêve des confiseurs.
Alors le 7 mars, aucune hésitation !
TOUS EN GRÈVE, TOUS EN MANIFESTATION
Montreuil, le 7 février 2017

07_02_2017___appel_au_7_mars_1

Posté par celchop à 21:37 - Permalien [#]
Tags :
04 janvier 2017

Compte rendu du CTSD du 08 nov 2016: quand l'état organise la fuite des élèves vers le privé

Compte-rendu du CTSD du 8 novembre 2016

Quand l’état organise la fuite des élèves vers le privé

Deux points principaux à l’ordre du jour du Comité Technique Spécial Départemental qui s’est tenu le 8 novembre dernier :

- Le bilan de la rentrée dans les premier et second degrés

- La présentation de la «convention cadre pour une école de qualité en territoire rural»

 

Bilan de la rentrée :

Dans un contexte de baisse démographique, le département du Finistère scolarise moins d’élèves en 2016 qu’en 2015 dans le premier degré. La baisse est de l’ordre de 1%, soit un peu plus de 800 écoliers.

Dans les écoles publiques, l’Inspection du Finistère prévoyait une diminution des effectifs de 490 élèves. En réalité, la baisse constatée à la rentrée 2016 est de 1 034 élèves.

Dans le même temps, l’Inspection du Finistère prévoyait une baisse des effectifs dans les écoles privées, de l’ordre de 227 élèves. Le constat à la rentrée est sans appel : les écoles privées ont fait le plein et gagnent 262 élèves, soit 489 élèves de plus qu’attendu !

 

Pour ce qui concerne le collège, le constat est sensiblement le même :

L’IA prévoyait une baisse de 181 élèves dans les collèges publics. Elle est en réalité de 455 élèves.

Les collèges privés, qui devaient voir leurs effectifs baisser de 175 élèves, gagnent au final 92 élèves, soit 267 de plus qu’attendu…

 

Lors du CTSD, le SNFOLC 29 a interpellé l’Inspectrice d’Académie sur ce constat, en dénonçant les  réformes gouvernementales qui organisent la fuite des élèves vers l’enseignement privé. Nul besoin, en effet, de chercher très loin les raisons de l’effondrement des effectifs du public au profit  du privé : la réforme des rythmes scolaires (à laquelle les écoles privées ne sont pas soumises) et la Réforme du Collège en sont les principales responsables.  La FNEC-FP-FO continue d’en revendiquer l’abrogation. L’Inspectrice d’Académie, elle, voit une autre explication : les différents « acteurs » de l’Education Nationale n’ont pas présenté ces réformes sous un jour suffisamment positif, ce qui n’a pas manqué d’effrayer les familles. Ainsi, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, des organisations syndicales (au premier rang desquelles les nôtres : SNUDI-FO et SNFOLC) seraient-elles responsables de la situation car elles se sont trop violemment opposées aux réformes.  L’Inspectrice d’Académie peut bien faire feu de tout bois pour tenter de dédouaner le Ministère de sa responsabilité : la Fnec-FP-FO lui a rappelé que, quand une réforme est mauvaise, elle doit être retirée.

 

Présentation de la «convention cadre pour une école de qualité en territoire rural» :

Il s’agissait bien d’une simple information à l’attention des représentants syndicaux au CTSD, ceux-ci n’ayant pas vocation à se prononcer sur cette convention. Le principe en est clair : puisque la démographie scolaire du Finistère est « fragile » et s’érode lentement, les élus des communes rurales sont invités à « anticiper d’inéluctables évolutions pour ne pas les subir ». Autrement dit, à eux de voir, dans le cadre des Intercommunalités, quels regroupements ou fusions d’écoles ils peuvent proposer. Ou comment tresser la corde pour se pendre. Il est à noté que l’Inspection du Finistère préconise par exemple des regroupements des élèves de CM1 et CM2 au plus proche du collège de secteur. Interrogée sur ses motivations par Force Ouvrière, l’Inspectrice convient que cela « faciliterait les échanges dans le cadre de la mise en œuvre du cycle 3 ». Pour information : l’Association des Maires Ruraux du Finistère n’est pour l’instant pas signataire de cette convention.

Christelle Le Cam

Marianne Trégourès

Représentantes FNEC-FP-FO au CTSD

Posté par celchop à 18:20 - Permalien [#]
Tags : , ,
18 décembre 2016

2017 une belle rentrée?

communique_belle_rentree

Posté par celchop à 20:07 - Permalien [#]
Tags :

12 décembre 2016

LA FNEC soutient les ATSEM

Communique_FNEC_du_12_dec_soutien_greve_ATSEM

Posté par celchop à 15:45 - Permalien [#]
Tags :
07 décembre 2016

EREA/ ERPD communiqué

EREA_ERPD_communiqu__du_7_d_cembre_2016

Posté par celchop à 15:32 - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2016

LSUN: communiqué du SNUDI

23_11_2016___LSUN

Posté par celchop à 16:47 - Permalien [#]
Tags :

APC: communiqué du SNUDI

24_11_2016___APC

Posté par celchop à 16:46 - Permalien [#]
Tags :