23 avril 2019

Voici notre communiqué envoyé ce jour en réponse à l'article concernant les rythmes à BREST au télégramme et Ouest France

Voici notre communiqué envoyé à la presse concernant les rythmes scolaires à BREST
« Le SNUDI FO a accompagné et soutenu la mobilisation des enseignants brestois contre le projet qui avait été précédemment proposé par la mairie et pour qu’un retour à 4 jours puisse faire l’objet d’une réelle concertation.
 
Les nouveaux rythmes qui seront mis en place à la rentrée prochaine, même s’ils sont « moins pire » que ceux prévus par le projet initial ne nous satisfont pas. Ils génèrent d’autres problèmes, toujours liés à la subordination des temps consacrés à l’enseignement à ceux des temps du péri-scolaire. De plus, ils maintiennent l’inégalité entre l’école publique et l’école privée, affranchie, elle, de ces règles.
 
Les revendications doivent désormais être nationales. Nous demandons l’abrogation du décret Peillon qui n’est désormais appliqué que dans 10% des communes. Pour la survie de l’École de la République, pour la défense de notre statut de fonctionnaire d’État, contre la municipalisation, la semaine de 4 jours sur 36 semaines doit devenir la norme ! »

Posté par celchop à 21:00 - Permalien [#]
Tags : ,

08 mars 2019

Rythmes scolaires à BREST, ça suffit!

Brest : Rythmes scolaires

Pour le SNUDI-FO, ce qui est plus que jamais à l’ordre du jour :

 

  • c’est le rétablissement de la semaine à 4 jours sur tout le territoire national

(lundi mardi, jeudi, vendredi), avec 24 heures d’enseignement par semaine,

dans toutes les écoles, dans toutes les communes, sur 36 semaines ;

 

  • c’est le maintien de la définition nationale des dates de congés

et vacances scolaires sans possibilité de dérogation

A cette rentrée, 90% environ des communes ont rétabli la semaine de 4 jours sur 36 semaines…

 

Si le décret Blanquer, paru le 28 juin  a  ouvert la possibilité  pour les communes qui le souhaitent de revenir à une semaine de 24 heures d’enseignement réparties sur 4 jours de 6 heures, pour autant le ministre s’est refusé à rétablir une organisation de la semaine scolaire commune à toutes les écoles du territoire national. Il s’est totalement inscrit dans la poursuite de la territorialisation de l’école, dans la continuité des décrets Peillon et Hamon et de la loi de refondation, dont le SNUDI-FO avec sa fédération et la confédération FO demande plus que jamais l’abrogation.

 

Laisser aux mairies l’organisation des rythmes scolaires s’inscrit ainsi totalement dans la logique de territorialisation de l’école. Cela conduit à l’explosion de l’Éducation nationale en autant de rythmes différents que de communes et de majorités locales.

 

A Brest, à l’issue de pseudo consultations, la mairie tente d’imposer son projet probablement déjà arrêté avec une pause méridienne allongée. Cela aggraverait encore nos conditions de travail en particulier en augmentant l’amplitude de la journée.

 

Le SNUDI-FO condamne la multiplication des réunions imposées  à l’initiative de la mairie  et la mainmise de celle-ci sur le temps scolaire. Il rappelle que les PE ne sont pas employés municipaux mais fonctionnaires d’Etat.

 

  • Le SNUDI FO soutiendra toutes les initiatives pour obtenir le retour à 4 jours sur 36 semaines sur tout territoire national.

 

Les syndicats FO des personnels territoriaux ont pris position avec la FNEC FP-FO

Dans un communiqué commun, la Fédération des Services publics et de santé FO et la FNEC FP-FO indiquent : « Pour la FSPS-FO et la FNEC FP-FO, ce projet démontre que le dossier de la réforme des rythmes scolaires n’est pas clos. Pour autant, la solution ne peut passer par la poursuite de la territorialisation de l’École publique qui conduit à la remise en cause des qualifications, des emplois et des statuts de tous les personnels, enseignants, ATSEM ou animateurs. »

 

Brest  Le 27 février 2019

Posté par celchop à 11:32 - Permalien [#]
Tags : ,
13 septembre 2017

Edito rythmes scolaires

rythmes 1

rythmes 2

Posté par celchop à 09:55 - Permalien [#]
Tags :
08 juin 2017

A propos des rythmes scolaires

Voici donc la position de notre syndicat:

resolution rythmes 1

resolution rythmes 2

r_solution_rythmes_scolaires_2

resolution_rythmes_1

resolution_rythmes_2

Posté par celchop à 12:15 - Permalien [#]
Tags : ,
29 octobre 2015

Rythmes scolaires: la lettre au Ministre

28_oct_2015_lettre_minsitre_rythmes

Posté par celchop à 10:25 - Permalien [#]
Tags :

16 avril 2015

Rythmes scolaires: communiqué du SNUDI FO

rythmes_scolaires___14_04_2015

Posté par celchop à 18:13 - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2014

FO ne siègera pas au comité de suivi sur les rythmes

LE SNUDI-FO Du Finistère
NE SIEGERA PAS

AU COMITÉ DE SUIVI DE LA CONTRE-RÉFORME DES  RYTHMES
CONVOQUÉ PAR LA Directrice Académique
LE jeudi 27 NOVEMBRE 2014

Ce comité composé de deux sous-groupes
se réunira autour d’un objectif imposé par la DASEN :
“FAVORISER LES AMBITIONS EDUCATIVES DES TERRITOIRES” !

Plus que jamais, l’abrogation de la contre-réforme dite des rythmes scolaires est une nécessité pour tous.
Les comités  de suivi ne se proposent  que de poursuivre et d’amplifier cette contre-réforme, le SNUDI-FO n’y siègera pas.

VOUS LIREZ EN PIÈCE JOINTE LA LETTRE OUVERTE
ADRESSÉE PAR LE SNUDI-FO 29 à la DASEN Du Finistère

Lettre ouverte du SNUDI-FO 29

à Mme la Directrice académique

 

Nous avons lu avec attention l’invitation que vous nous avez adressée à participer à un « groupe de suivi de la réforme des rythmes scolaires ».

 Votre courrier nous rappelle fort justement que le gouvernement, avec cette réforme instituant les nouveaux rythmes scolaires, vise à « favoriser les ambitions éducatives des territoires ».

 Jusqu’à présent l’ambition éducative était une ambition nationale. Pour la satisfaire, ont été conquis des services publics nationaux, transmettant des programmes nationaux, délivrant des diplômes nationaux reconnus dans des conventions collectives et des statuts nationaux. Le principe fondateur de cette organisation était d’assurer une égalité de traitement à tous les élèves puis à tous les salariés sur tout le territoire de la République.

 Pour Force Ouvrière, il ne revient à aucune subdivision territoriale d’imposer aux citoyens, à leurs enfants, aux personnels chargés de les instruire, des « ambitions éducatives » qui exerceront une pression dislocatrice sur l’école de la République et à terme sur les droits des salariés et des citoyens. D’ailleurs, concernant les communes, hormis quelques baronnies locales, fort peu revendiquent cette « ambition ». Les maires, dans leur immense majorité, ne font que subir la volonté de territorialisation du gouvernement… ou la combattent.

 Mais il est, en outre, remarquable que l’organisation elle-même du « groupe de suivi » auquel vous nous invitez est en parfaite cohérence avec ses objectifs. Vous nous annoncez qu’il serait constitué de deux sous-groupes :

-          le premier sous-groupe nie la représentation des personnels issue des élections professionnelles en ne respectant pas  les résultats de ces dernières, ni à la CAPD, ni au CTSD. Il s’agit d’une représentation « sur mesure » décidée par vous-même en fonction de l’objectif que vous assignez à ce groupe de suivi ;

-          le second sous-groupe sera composé de « partenaires impliqués dans la mise en œuvre des nouveaux rythmes » ce qui permet de réunir, par exemple, des élus politiques, des responsables d’associations de diverses natures, choisis sur la base de critères non précisés mais sans aucun doute sur leur détermination à faire valoir des « ambitions éducatives » pour « leurs territoires ».

Un groupe de suivi organisé dans une telle confusion des genres et des rôles pourrait éventuellement se muer en groupe de pression ou de propagande, mais en quoi a-t-il légitimité et compétence pour réaliser une « évaluation de la mise en œuvre des rythmes scolaires » ?

Par contre les personnels des écoles, enseignants et territoriaux, réalisent quotidiennement et à leur corps défendant, l’évaluation de cette contre-réforme. Fatigués par l’aggravation de leurs conditions de travail, découragés par le sentiment de passer une grande partie de leur temps à autre chose qu’à l’exercice de leur métier, mis en difficulté par les conséquences de la confusion temps scolaire / temps périscolaire, ils sont par ailleurs confrontés à la fatigue, l’énervement et les pertes d’attention de leurs élèves. Comme les élèves, ils sont soumis à une grande inégalité de traitement d’une commune à l’autre et ils ne peuvent qu’être inquiets des modifications que pourront introduire les municipalités du fait des coupes budgétaires à venir, d’un manque de personnel, d’un changement d’orientation de la politique communale… ce qui engendre une pénible insécurité professionnelle.

En conséquence :

 Le SNUDI-FO réaffirme que sa place est résolument aux côtés des personnels pour les défendre et organiser avec eux le combat pour l’abrogation de la réforme dite « des rythmes scolaires ».

 Le SNUDI-FO ne s’associera pas à ce groupe de suivi dont l’objectif, déterminé à l’avance, est de « favoriser les ambitions éducatives de territoires ». Nous ne participerons pas à un regroupement constitué pour promouvoir ce programme politique anti-républicain.

 Le comité de suivi que vous nous proposez, comme le contrat d’objectif signé par l’académie qui prévoit « de limiter le nombre de petites écoles 1 à 3 classes » dans notre département (souvent celles de communes rurales mises en difficulté par les décrets Peillon / Hamon), confirme totalement notre appréciation de la contre-réforme dite « des rythmes scolaires ». Celle-ci, décidément, ne vise qu’à :

-          dynamiter l’organisation territoriale de la République, et menacer l’Education nationale en tant que service public national au profit de services éducatifs locaux

-          remettre en cause les statuts des personnels et les instances consultatives dans lesquelles ceux-ci sont amenés, avec leurs organisations, à faire valoir leurs revendications et le respect de leurs droits

C’est pourquoi le SNUDI-FO grâce au dialogue permanent que ses adhérents entretiennent avec leurs collègues, engage ainsi pour sa part toutes ses forces dans un autre groupe de suivi : celui de la bataille à mener pour le nécessaire retrait des décrets Peillon / Hamon.

 

Recevez l’assurance, Madame la Directrice académique, de notre détermination à défendre l’Ecole de la République.

 

Pour le SNUDI 29 Céline CHOPIN

 

Posté par celchop à 10:17 - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2014

Rythmes: Signez la lettre ouverte à la Ministre

Imprimez et signez la lettre à la ministre demandant le retrait du Décret.

Envoyez-la au SNUDI FO 29

5 rue de l'observatoire

29 200 BREST

 

Chaque voix compte!

lettre_ouverte_ministre

 

post_it_je_vote_fo

Posté par celchop à 17:45 - Permalien [#]
Tags :